Mes Contes de Perrault, Tahar Ben Jelloun

contesprraultbenjellouncouv

Dans cette ouvrage, Tahar Ben Jelloun a choisi comme il l’explique lui-même dans la préface de prendre un espace de liberté dans la réécriture de certains contes de Perrault; il explique également à quel point les contes ont marqués son enfance par l’intermédiaire d’une vieille tante excentrique:

« J’ai imaginé plus tard les contes de Perrault racontés par Fadela. Elle les aurait transformés, pliés à sa fantaisie, leur donnant la couleur de ses moments de solitude, de la misère qu’elle avait connue avant d’arriver chez nous. Peut-être les aurait-elle mélangés aussi à ceux venus d’un Orient improbable où les djinns et les hommes assoiffés de pouvoir mènent le monde à sa perte?

Cette envie de m’approprier à ma façon certains contes de Charles Perrault remonte sans doute à toute cette histoire demeurée intacte dans ma mémoire. En les relisant, je n’ai pu m’empêcher de penser à ma vieille tante mythomane, si sympathique et tellement humaine. Elle avait une imagination exceptionnelle. Et si elle avait su lire et écrire, peut-être aurait-elle composé une oeuvre magnifique. Je me suis dit, par exemple: « comment raconterait-elle Peau d’âne? Oserait-elle tout dire sur Barbe Bleue? Quelle morale en aurait-elle tirée? » « 

Ici, comme d’habitude dans les écrits de l’auteur, la poésie s’allie à la finesse et à la délicatesse de l’écriture, pour nous offrir un fin mélange entre contes traditionnels et contes orientaux. En effet, si nous retrouvons beaucoup des récits qui nous sont familiers souvent depuis l’enfance, Tahar Ben Jelloun y mêle un rappel habile aux contes des 1000 et un nuits et à l’actualité grâce à une multitude de petits détails allant des prénoms des personnages à des traditions culturels ou des faits divers actuels.

Les anachronismes ainsi amenés sont généralement drôle et nous donne la possibilité d’une double lecture, à la fois tel que nous lirions un conte avec sa morale mais également comme une forme de critique du monde actuel.

Enfin, la réécriture est ici souvent prétexte à une critique constructive à l’égard de l’islam notamment sur la place de la femme dans la société et la remise en question de certains dogmes attribués à tort à la religion depuis de nombreuses générations; par exemple sur des sujets tels que l’héritage, la monogamie, où la valeur attribuée à la naissance d’une fille

En bref, un bon moment de lecture dont l’on peut profiter, que l’on peut arêter puis reprendre plus tard lorsqu’on a envie de lire un conte en quelques minutes. Appréciant moi-même beaucoup cet auteur, cette lecture fut donc encore un moment agréable , qui m’ a replongé un peu en enfance.

Et je suis contente de pouvoir parler de ce livre qui est par ailleurs un cadeau de ma coupine Sarah que je remercie grandement au passage!

G.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s