Dans la forêt, Jean Hegland

CVT_Dans-la-Foret_

Rien n’est plus comme avant : le monde tel qu’on le connaît semble avoir vacillé, plus d’électricité ni d’essence, les trains et les avions ne circulent plus. Des rumeurs courent, les gens fuient. Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au cœur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours vivantes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu, il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, emplie d’inépuisables richesses.

Publié en 1996 en version originale, il a fallu attendre 2017 pour qu’un éditeur décide de faire paraître ce texte en français et que nous puissions le découvrir. Cela paraît surprenant tellement le sujet abordé paraît à la mode actuellement. Ici pas de zombie ou de tueurs fou et c’est bien cela qui rend le récit si crédible.

Ce livre est pour moi une très bonne découverte, je l’ai lu presque d’une traite un samedi après-midi frais et pluvieux, avec un plaid en écoutant les gouttes de pluie tapé contre les vitres…. l’ambiance d’une grande partie de l’histoire.

Deux thèmes s’entremêlent ici selon moi: la relation parfois complexe entre ces deux sœurs désormais presque seules au monde et le contexte de fin du monde dans lequel elles se trouvent. Le point commun à ces deux thèmes est sans surprise la forêt qui au fil du récit devient presque un troisième personnage: toujours ultra présente, effrayante, elle peut se montrer cruelle mais également protectrice, elle est surtout le témoin silencieux de tout ce qui se passe.

Les relations humaines sont ici décrites de façon très subtile, souvent dans le non-dit et pourtant souvent dans l’évidence avec ce leitmotiv qui ponctue l’histoire : « ta vie t’appartient. « 

Au-delà de l’aspect humain de la chose (comment réagirions-nous dans pareille situation? comment ce contexte de vie redistribue-t-il les cartes de la vie en commun?… ) ce qui m’a surtout questionné et effrayé c’est le réalisme de la situation. La façon dont la civilisation et le confort moderne s’efface petit à petit, l’impossibilité de lutter contre cela paraît presque palpable et envisageable. Et ce constat… si cela arrivait, je serai bien en difficultés de survivre plus de quelques jours. Et pourtant, ce qui s’opère ici c’est bien un retour à l’essentiel et à la nature qui fait prendre conscience du manque de sens parfois de nos modes de vie.

Il est difficile de parler plus de ce livre sans en dévoiler une partie du contenu, ce qui serait en avoir à la fois trop dit et pas assez, j’en conseille juste la lecture.

G.

2 réflexions sur “Dans la forêt, Jean Hegland

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s