On the milky road

on-the-milky-road-affiche (réalisé par Emir Kusturica, juillet 2017, 2h05, avec Emir Kusturica, Monica Bellucci, Sloboda Micalovic)

Sous le feu des balles, Kosta, un laitier, traverse la ligne de front chaque jour au péril de sa vie pour livrer ses précieux vivres aux soldats. Bientôt, cette routine est bouleversée par l’arrivée de Nevesta, une belle réfugiée italienne. Entre eux débute une histoire d’amour passionnée et interdite qui les entraînera dans une série d’aventures rocambolesques.

L’histoire se déroule quelque part dans les Balkans, à la frontière de deux pays en guerre et si le film de prime abord paraît plutôt léger et loufoque, Emir Kusturica traite ici de sujets un peu plus profonds qu’il n’y paraît.

onthemilkyroad

La guerre, tout d’abord; le personnage principale, Kosta, traverse chaque jour la frontière, monté sur son âne avec son parapluie en guise de protection. Si cela peut prêter à sourire, le fait est que cette traversée se fait chaque jour au péril de sa vie et dans le but d’aller chercher un ravitaillement en nourriture. La façon dont les combattants sont mises en scène m’a beaucoup fait pensé au conflit serbo-croate durant lequel les Serbes qui se battaient, le faisaient avec les moyens du bord sans véritable arsenal militaire.

Le mariage ensuite; Kosta, bien qu’amoureux de Nevesta, est convoité par une autre jeune femme. Cette dernière hébergeant Nevesta après l’avoir achetée à des trafiquants, pour la marier à son frère. Nevesta, en attendant le retour de son futur époux non choisi, est donc corvéable à merci et au service de sa belle famille pour les travaux de la ferme. Le mariage vu ici comme norme sociale, est régit par des codes auxquels il apparaît difficile d’échapper.

Enfin, bien que ce film nous donne à voir des paysages magnifiques, la scène durant laquelle Kosta et Nevesta tentent d’échapper à leurs poursuivants cachés dans un troupeau de moutons et au beau milieu d’un champ de mines, nous rappelle à quel point certains pays d’Europe Centrale et de l’Est ont eu à souffrir et souffrent encore de conflits armés au quotidien.

OntheMilkyRoad2

Le film, tourné dans les Balkans fait la part belle à des paysages naturels, dépaysants et incitants au voyage. La musique comme à l’accoutumée chez le réalisateur est très présente et très travaillée, participant grandement à l’ambiance du film. Emir Kusturica est convaincant en combattant un peu rustre et au passé difficile; Monica Bellucci est quant à elle rayonnante, parfaite dans son rôle d’italienne en fuite.

Emir Kusturica a, selon moi, réalisé un film magnifique, emprunt de poésie, de délicatesse et de finesse. Les décors naturels magnifiques rendent honneur aux Balkans. La fantaisie propre au réalisateur est ici encore bien présente, faisant osciller le film entre légèreté et propos plus dur. Ce fut pour moi une vraie bonne découverte et un petit chef d’oeuvre à consommer sans modération.

G.

 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s