Aquarium, David Vann

auqarium

(editions Gallmeister, 2015, 240 pages, ISBN : 9782351781173)

Caitlin, douze ans, habite avec sa mère dans un modeste appartement d’une banlieue de Seattle. Afin d’échapper à la solitude et à la grisaille de sa vie quotidienne, chaque jour, après l’école, elle court à l’aquarium pour se plonger dans les profondeurs du monde marin qui la fascine. Là, elle rencontre un vieil homme qui semble partager sa passion pour les poissons et devient peu à peu son confident. Mais la vie de Caitlin bascule le jour où sa mère découvre cette amitié et lui révèle le terrible secret qui les lie toutes deux à cet homme.

J’ai découvert David Vann il y a quelques années avec Sukwan Island que j’avais beaucoup apprécié, puis je l’ai retrouvé avec l’obscur clarté de l’air que j’ai trouvé magnifique. Quand je suis tombée sur Aquarium j’ai tout naturellement décidé de renouveler l’expérience. 

J’ai, en revanche eu un sentiment plutôt mitigé après cette lecture. Le résumé m’avait beaucoup attiré dans le sens où il s’agissait une fois encore pour l’auteur de décortiquer les relations que tissent plusieurs personnes entre elles. Et effectivement, j’ai retrouvé ce côté sociologique dans Aquarium, plutôt bien mené par ailleurs.

En revanche, je trouve que l’on a ici à faire à un roman d’une violence inouïe, également souvent présente chez l’auteur mais je ne l’avais encore jamais ressentie dans cette forme presque perverse et dérangeante.

Le personnage de Caitlin, petite fille de 12 ans, se heurte à un monde adulte brutal, sans certitude même de pouvoir avoir la protection de sa mère. Pire celle-ci fait sciemment le choix de la confronter avec son propre passé sans se soucier des conséquences. Caitlin se retrouve comme seule dans un monde qu’elle ne comprend pas toujours, face à des adultes qui ne sont ni rassurants, ni sécurisant, tellement préoccupés par leurs propres sentiments qu’ils en oublie qu’elle n’est qu’une enfant.

Cependant, les personnages de David Vann ont encore une fois ici, des tempéraments très marqués. Ils doivent tous faire face à leurs difficultés et questionnements personnels seuls, ce qui nous les rend humains et presque familiers.

L’écriture est également comme d’habitude claire, fluide et n’épargne pas le lecteur de ses détails. La nature est présente aussi comme un élément redondant chez l’auteur bien que l’action ait lieu en ville. L’aquarium fréquenté assidûment par Caitlin vient apporter comme une échappatoire, un ralentissement du temps dans la violence du contexte. C’est un lieu de retrouvailles, un peu hors du temps et où les perspectives se réfléchissent différemment.

En conclusion, j’ai un peu moins apprécié ce livre de l’auteur que ceux lus précédemment.  L’histoire m’a réellement fait violence, peut-être car elle ne m’a pas permis de m’évader, faisant écho à un quotidien professionnel bien réel. J’ai manqué des grands espaces chers à l’auteur habituellement, et les sensations d’étouffement et de malaise m’ont empêché d’apprécier cette lecture bien que l’auteur ait vraiment amené une réflexion de qualité autour de ses personnages et de son histoire.

G.

 

 

2 réflexions sur “Aquarium, David Vann

  1. Ah bah justement, si le résumé m’attirait, ton avis m’a convaincu. J’aime bien les histoires un peu glauques ou malsaines. Du coup, le titre m’intrigue pas mal, surtout que je ne connais pas du tout l’auteur ! Je note ça 😊

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s