Je viens, Emmanuelle Bayamack-Tam

je viens

(éditions folio, 2016, 432 pages, ISBN : 9782070469703)

Un roman comique qui mouline les sujets qui fâchent, le racisme qui a la vie dure, la vieillesse qui est un naufrage, et les familles que l’on hait. Charonne – personnage récurrent des romans de l’auteur – chamboule l’ordre des choses : ce qui est aussi un crime contre l’humanité. Abandonnée deux fois (par ses parents biologiques puis par ses parents adoptifs), grosse, noire (ou perçue comme telle), Charonne va imposer sa vitalité irrépressible et la force agissante de son amour. 
D’abord sur Nelly (la grand-mère) qui raconte sa vie in extremis, entre ressassement et déploration. Et aussi sur Gladys (la mère) qui, parce qu’elle cherche à justifier son incapacité à vivre, produit un discours vindicatif et furibond qui tient souvent du délire. Je viens, c’est la proclamation par Charonne de sa volonté de redresser les torts, de parler contre les lois ineptes, de faire passer sur la maison borgne comme un souffle de bienveillance qui en dissiperait la léthargie et les aigreurs.

Récit familial en trois parties, l’autrice a ici choisi de faire intervenir trois femmes, trois générations, trois visions d’une même famille.

Nous faisons ainsi tour à tour connaissance avec Charone, Gladys et Nelly par leur propre narration mais également par le prisme du regard de chacune vis à vis des autres. L’autrice tisse dans son roman tout un canevas de questionnements sur le thème de la famille: les non-dits, les secrets, l’inceste, la sexualité, l’adoption, la communication, l’amour parental,.. mais aussi des questionnements sur la société de façon plus générale: le fait de vieillir , le racisme, le jugement d’autrui, la difficulté à trouver une place dans un système qui écrase l’individu,…

Chacune des trois protagonistes se présente tour à tour comme insupportable et victime de sa souffrance et de sa difficulté à communiquer avec les deux autres. Chacune est témoin de son époque, de choix éducatifs et de difficultés personnelles non résolues.

Présenté dans le résumé comme roman comique, ce n’est pas mon ressenti. Si l’oeuvre d’Emmanuelle Bayamack-Tam m’a fait ressentir des émotions, il s’agissait davantage d’incompréhension, d’énervement, de pitié, de tristesse et de révolte face à ce qui y est présenté.

Ce livre m’a intrigué autant qu’il m’a à d’autres moments heurtée et mis mal à l’aise. Les relations humaines y sont dépeintes comme vraiment crues et sans filtres, souvent cruelles et sans vraiment de remise en question. Je me suis d’abord demandé si des familles pouvaient vraiment fonctionner comme cela avant de me dire que l’autrice se place ici du point de vue purement subjectif de ses personnages. Or, ces trois femmes ont toutes trois un parcours de vie assez particulier et elles relatent les choses avec leur propres ressentis, d’où, sans doute, cette impression pour moi de souffrance en empathie avec elles.

L’autrice, inscrit ses personnages, à mon sens , dans un fonctionnement sociétal qui valorise l’individualité plutôt que le collectif et où ceux qui refuse cela se voit dans l’obligation d’un repli sur soi et d’une quête d’identité dans une fuite en avant. Rien ne semblant les rendre heureux, ni les uns ni les autres.

Si j’étais curieuse d’aller au bout de ce livre, il me laisse après coup un sentiment mitigé de malaise et presque de voyeurisme, d’avoir plongé dans l’intimité de cette famille et de ses secrets. Je suis ressorti de cette lecture comme soulagée que cela se termine et pourtant avec un sentiment de gâchis devant ces difficultés manifestes de communication entre les personnages.

G.

Publicités

2 réflexions sur “Je viens, Emmanuelle Bayamack-Tam

  1. Je ne connais pas ce roman mais j’ai lu très récemment son dernier roman, Arcadie, que je n’ai pas apprécié. Ton avis sur Je viens ne me donne pas spécialement envie de réessayer cette autrice…

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s