Warbreaker, Brandon Sanderson

Editions Le livre de Poche, 2014, 967 pages , ISBN  9782253177128

Voici l’histoire de deux sœurs, Vivenna et Siri. L’histoire du Dieu-Roi que l’une d’entre elles doit épouser, et de Chanteflamme, un autre Dieu qui n’aime pas son travail. Celle aussi de Vasher, un immortel qui tente de réparer les erreurs qu’il a jadis commises, et de Saignenuit, sa mystérieuse épée. Dans leur monde, celui qui meurt auréolé de gloire devient un dieu. Il vit dans le panthéon de la cité d’Hallandren, et utilise la magie biochromatique, la magie du Souffle. Un Souffle qu’on ne peut récupérer qu’une fois, sur un individu à la fois.

Quel résumé court pour évoquer ce livre et pourtant tellement alléchant sans en dire trop…. Bienvenue dans Warbreaker de Brandon Sanderson, un bon petit pavé qui ne vous laissera pas de pierre…

Il est en effet, difficile de parler de Warbreaker tant il s’y passe d’actions, tant il y a de personnages marquants et sans en dévoiler trop. Ce qui est sûr c’est que ces presque 1000 pages s’enchaînent à une vitesse incroyable et qu’il m’a souvent été difficile de refermer le livre tant j’étais intriguée de connaître la suite. Nous suivons principalement ici, Siri et Vivenna , deux sœurs princesses dont les destins vont être bouleversés et qui vont devoir sortir des rôles qui semblent leur être assignés pour trouver de nouvelles ressources et parvenir à survivre dans un univers de complots politiques et de dieux magiciens apparemment tout-puissants. Elles vont être tour à tour aidées puis trahies par une kyrielle de personnages tous plus uniques et surprenants les uns que les autres.

Ces différents personnages présentent des destins et des intérêts qui ne paraissent pas liés de prime abord mais pour lesquels les pièces du puzzle vont se mettre en place au fur et à mesure du récit pour un dénouement final bien mérité. Nous n’avons d’ailleurs l’explication du titre que dans la toute dernière phrase. Chose surprenante pour l’auteur qui nous a habitué aux séries, cet écrit qui est paru en 2009 pour la première fois semble pouvoir se suffire à lui-même. En tout cas, aucune suite n’a encore été écrite et je n’ai pas trouvé mention, en cherchant rapidement, d’un projet qui prévoirait que ce soit le cas.

J’ai apprécié que les différents personnages évoluent au fil de l’histoire en se remettant en questions et que ce qui paraissait blanc où, à l’inverse, noir, de prime abord, ne le soit pas franchement finalement. Il n’est pas possible durant cette lecture de se sentir en situation stable ou sécurisante tant tout est mouvant et fluctuant.

L’auteur a ici imaginé des royaumes et des systèmes religieux assez inédit et assez intrigant pour que le lecteur se questionne en même temps que les personnages. Le système de magie basé sur les couleurs et la possession de souffle de vie est également intéressant et bien maîtrisé pour être crédible et s’intégrer parfaitement à l’histoire. Il reste néanmoins compréhensible et suffisamment concret pour ne pas perdre le lecteur.

L’écriture de Brandon Sanderson est fluide, facile d’accès et nous laisse le loisir par son apparente simplicité, de se concentrer complètement sur le récit. Il n’y a pratiquement pas de temps mort dans le déroulé de l’histoire et il est facile de garder le fil sans ressentir de frustration malgré le fait que nous suivons différents personnages, en différents lieux, par alternance.

Je recommande vivement ce roman à toute personne en quête d’un bon roman de fantasy assez facile d’accès pour le néophyte mais également addictif pour l’habitué.

G.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s