Le Royaume Assassiné, Alexandra Christo

2020, Editions De Saxus, 500 pages, ISBN  9782378760670

La princesse Lira fait partie de la royauté des sirènes, et c’est la plus létale de tous. Elle possède le cœur de dix-sept princes dans sa collection et est vénérée à travers les mers. Jusqu’à ce qu’un coup du sort la force à tuer l’un des siens. Pour punir sa fille, la Reine des Mers transforme Lira en ce qu’elle hait le plus au monde : une humaine. Privée de sa voix, Lira a jusqu’au solstice d’hiver pour délivrer le cœur du Prince Elian de la Reine des Mers, au risque de rester humaine pour toujours.

L’océan est le seul lieu que le Prince Elian considère comme chez lui, même s’il est l’héritier du plus puissant royaume au monde. Chasser les sirènes est davantage pour lui qu’un répugnant passe-temps, c’est sa vocation. Lorsqu’il vient en aide à une femme sur le point de se noyer, elle se révèle être bien plus que son apparence ne le laisse supposer. Elle fait la promesse de l’aider à trouver le moyen de détruire les sirènes pour de bon. Mais peut-il lui faire confiance ? Et à combien de pactes Elian va-t-il devoir consentir pour éliminer le pire ennemi de l’humanité ?

Le roman d’Alexandra Christo a été l’occasion pour les patates de se programmer une petite lecture commune en ce mois de février et il est à noter que nous avons toutes deux avalé ce livre assez rapidement.

Alexandra Christo nous propose ici, de la suivre dans une réécriture du conte de La Petite Sirène, et c’est avec plaisir que nous plongeons avec elle! Loin de la version colorée et tout public du dessin animé Disney, la violence est ici à la base de l’histoire puisqu’elle oppose une sirène arracheuse de coeurs de prince…. et un prince, capitaine de vaisseau, qui chasse et extermine les sirènes à travers les mers au péril de sa vie.

L’autrice a imaginé tout un univers marin, peuplé de différentes créatures, et regit par une Reines des Mers puissante, cruelle et sans pitié, y compris envers sa propre famille. Tous ces personnages marins vivent plus ou moins en harmonie car une hiérarchie existe bel et bien avec différents niveaux de valeurs des espèces, et des querelles intestines sont monnaie courante. Mais Alexandra Christo ne s’est pas cantonné à cela puisqu’elle a inclu ce royaume marin comme partie d’un tout, composé de différents royaumes dont les autres sont, en revanche, terrestres. Chaque royaume est ainsi marqué par une spécificité, bien souvent rattaché à un élément particulier (l’eau, l’or , la glace,..).

Le monde des pirates est omniprésent et également ré-imaginé de façon assez inédite avec différents seigneurs aux particularités parfois surprenantes. Cet univers de piraterie participe grandement à la dynamique et à l’ambiance si particulier du récit. Les personnages ont chacun leur place et une histoire personnelle souvent marquée des épreuves qui les ont construit.

Les chapitres se découpent en alternance entre deux points de vue, ceux des personnages principaux, à savoir Lira et Elian. Bien sûr la romance est présente (il s’agit quand-même de la Petite Sirène et un enjeu de taille entre en ligne de compte) mais est amenée de façon suffisamment complexe pour ne pas être ennuyeuse et bien qu’elle prenne son temps pour s’installer, comme si au fond, ce n’était pas le plus important ici.

L’écriture est assez fluide , bien que nous y amènions un bémol sans savoir si cela vient de la version original ou de la traduction. Nous avons parfois eu ‘limpression de passer du coq à l’âne entre deux phrases où le sentiment que certaines expressions n’étaient pas utilisées à bon escient et quelques coquilles sont venus pertruber notre lecture. Bien que cela ne nous ait pas gêné outre mesure, c’était assez important pour que nous le notions.

Du côté des points positifs, nous soulignons, en revanche, le travail éditorial de De Saxus, surtout concernant l’édition cartonnée qui est magnifique et trés joliment illustrée.

En conclusion, un trés bon moment de lecture qui intéressera les lecteurices aimant les réécritures de conte mais pas seulement car l’autrice a su amené suffisamment d’originalité à son récit pour se détacher assez du récit originel.

S&G.

2 réflexions sur “Le Royaume Assassiné, Alexandra Christo

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s