Les Prélats de Fanéas, Tome 1: Les terres d’exil, Charlotte Abécassis Weigel

Editions Feryl, 2017, 422 pages, ISBN 978-2-9561378-0-1

Astéria est une jeune femme énergique au caractère bien trempé qui vient d’emménager à Maleross avec sa cousine Cléora. Les deux jeunes femmes arrivent tout droit du mystérieux royaume de Faneas où la magie et les dieux n’ont rien d’imaginaire et où chaque jour recèle son lot de surprises. Elles ont fui leurs terres natales envahies par le royaume limitrophe d’Endor et sont venues se réfugier dans notre monde. Elles cherchent à présent les prélats de Faneas afin de regagner leur monde et de restaurer la paix, mais la tâche s’avère bien plus ardue qu’il n’y parait et les mystérieux prélats demeurent introuvables. Leurs actions finissent par attirer l’attention d’un jeune homme observateur portant le nom de Noctis. Avec l’aide de son ami Klay, il compte bien découvrir ce qu’elles cachent.

Le récit débute ici dans le vif de l’action, alors que le royaume de Fanéas est attaqué par celui, voisin, d’Endor. Nous avons donc, dès les premières pages, un aperçu du royaume de Fanéas alors que se profile une guerre dont l’issue n’est pas certaine. Dès les premiers chapitres, l’action est menée vivement et nous faisons la connaissance de différents personnages au coeur d’une intrigue politique dont nous ne saisissons pas d’emblée tous les tenants et aboutissants.

Puis, l’autrice nous propulse dans un autre temps, un autre lieu, avec d’autres protagonistes. Ainsi, nous retrouvons Astéria et faisons la connaissance de sa cousine Cleora et d’un enfant nommé Sora. Tous les trois tentent de reconstruire un semblant de vie « normale » tout en poursuivant une sorte de mission, au départ, mystèrieuse. Leur chemin va croiser celui de Noctis et Klay et leurs vies vont se retrouver liées irrémadiablement.

Ce premier tome se passe presque entièrement « dans notre monde », bien que l’on découvre la présence de nombreux démons et créatures magiques. L’autrice nous fait découvrir au fil des pages les raisons du départ d’Astéria, Cléora et Sora de Fanéas, le rôle et l’identité des prélats autour du roi et la quête menée par tout ce petit monde. Les Terres d’exil est un tome qui nous permet d’entrevoir l’univers créé par Charlotte Abécassis Weigel mais surtout va servir à faire connaissance avec les différents personnages. On découvre ainsi, les particularités et caractères de chacun et la façon dont tous les éléments s’entrechoquent avant de s’emboîter pour faire un tout cohérent.

La psychologie des protagonistes et suffisamment travaillée pour permettre d’aborder finement beaucoup de thèmes tel que le traumatisme, le deuil, la résilience, la confiance, etc. Astéria, comme ses compagnons sont des personnages complexes et leurs failles « humaines », leurs défauts, leurs qualités les rendent vraiment attachants dans leur singularité. Le lecteur est tour à tour compréhensif, surpris ou dans l’incompréhension face aux comportements de chacun. Les liens qu’ils nouent entre eux sont également ambivalents, ce qui donne l’envie de savoir où tout cela va nous mener.

Au cours de ma lecture j’étais partagée entre l’impression qu’il se passait beaucoup d’actions et le sentiment que l’intrigue n’avançait pas beaucoup. En réalité, ce récit est nécessaire à la mise en place de l’univers créé par l’auteur et il est le temps nécessaire à ce que les relatiosn entre les personnages se dévoilent et évoluent suffisamment pour que leur quête débute réellement. Dans le même temps, l’autrice nous fournit subtilement différents clés de compréhension pour la suite des évènements. Je me suis parfois demandé où elle voulait m’emmener mais chaque pièce du puzzle s’est mise en place au fur et à mesure de cette lecture que j’avais bien souvent du mal à suspendre. Les terres d’Exil est ainsi le premier tome d’une suite de quatre tomes, ce qui laisse présager encore de grands moments de lecture.

Concernant l’écriture, j’ai été agréablement surprise par la fluidité de celle-ci lors de ma lecture et alors que le texte m’a aussi paru trés travaillé tant dans le choix des mots que dans la forme; et bien que de prime le nombre de pages et la taille des caractères puissent inquiéter. J’ai vraiment été surprise moi-même d’avancer aussi rapidement et facilement dans ma lecture. De nombreuses références mythologiques, notamment nordiques, étayent le récit pour y apporter encore plus de magie.

Que dire de l’objet livre en lui-même, si ce n’est qu’il est vraiment trés beau et que la couverture correspond, je trouve, parfaitement, à l’ambiance dans laquelle nous plonge l’autrice à travers son récit. Je me suis d’ailleurs jetée dans le tome 2 directement à la sortie du tome 1 et je reviendrai, sans doute, en parler trés prochainement par ici.

Je tiens enfin à remercier vraiment Charlotte Abécassis Weigel qui m’a fait confiance en me laissant en compagnie de ses personnages et je ne peux que vous encourager à aller faire un tour ici, pour avoir un aperçu de l’univers et vous convaincre de vous y laisser entraîner pour de bon. Il est enfin possible de se procurer les quatre tomes par ici ou par (en format broché ou numérique), mais évidemment aussi sur le site de l’autrice, ainsi que des goodies en lien avec l’univers.

G.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s