Génocidé, Révérien Rurangwa

genocidé révérien rurangwa.png

Ce court roman est le témoignage de Révérien Rurangwa, rescapés du génocide Tutsi qui  lieu au Rwanda en 1994 dans la quasi indifférence générale.

Pour rappel le « génocide rwandais » a duré environ quatre mois d’avril à juillet 1994 et a fait environ un million de morts. Ce fut le génocide le plus court de l’histoire et le plus meurtrier au regard du nombre de victimes par jour. L’élément déclencheur en fut l’attentat perpétré contre le président Hutu alors en place Juvénal Habyarimana; l’avion dans lequel se trouvait ce dernier ainsi que le président du Burundi a été abattu le 6 avril 1994. Cet événement fut le premier d’une suite d’événements qui ont vu se cristalliser la haine envers les Tutsi jusqu’à leur massacre pur et simple à partir du 7 avril 1994.

L’ONU définit le génocide comme :  » l’un quelconque des actes ci-après commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel :

a) Meurtre de membres du groupe ;
b) Atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe ;
c) Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ;
d) Mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ;
e) Transfert forcé d’enfants du groupe à un autre groupe.  « 

Pour une fois, je ne parle pas d’un roman avec un personnage principale féminin fort mais ce récit m’a beaucoup touché et donné à réfléchir. Même si les années ont passé, cela n’enlève rien à l’horreur des actes qui ont été commis cette année là au Rwanda. J’étais à l’époque très jeune, je n’en ai donc pas un souvenir direct mais je me suis à plusieurs occasions retrouvée avec, entre les mains, un livre relatant ces événements.

Le génocide des Tutsi au Rwanda est considéré comme l’un des trois génocides du XX ème siècle avec celui des Arméniens en Turquie (1915-1916) et bien sûr celui des Juifs en Europe (1941-1944).

Cependant ce témoignage est percutant dans le sens où ce qui est livré ici est la vision de l’intérieur d’un homme ayant réchappé du massacre malgré de nombreuses et profondes cicatrices physiques comme psychologiques. Ce que le corps humain et l’âme peuvent endurer parfois semble inimaginable.

La description de cette journée d’enfer qu’a vécu Révérien Rurangwa est faite sans fausse pudeur mais sans rien épargner non plus des détails de ce qui s’est passé. C’est bien cela qui touche d’emblée. Je suis somme toute, bien privilégiée d’avoir grandi en France et de ne pas connaître les atrocités vécues par les habitants de nombreux pays en guerre mais ce qui rajoute à l’horreur et à la barbarie ici, c’est la prise de conscience d’une vie qui bascule du jour au lendemain sans possibilité d’en réchapper puisque les assassins d’aujourd’hui sont les amis d’hier qui nous connaissent si bien.

A ce drame, s’ajoute la difficulté de devoir continuer à vivre ensuite lorsqu’on se retrouve seul au monde avec toutes ces images en tête et qu’on ne reconnaît même plus son visage dans le miroir. L’auteur interroge ici beaucoup la religion en laquelle il a perdu foi et rien ne semble pouvoir apporter réponse à ses questions ni apaisement à ses souffrances que le temps, la réflexion et la capacité de pardonner si dur à atteindre.

« Si Dieu existait, aurait-il laissé accomplir toutes ces horreurs qui forgent ce qu’on appelle l’hsitoire de l’humanité? N’aurait-il pas retenu la main des criminels, comme il l’a fait pour Isaac, empêchant son père Abraham de le sacrifier, et empêché les génocides? Déjà, Saint Thomas d’Aquin voyait dans le mal l’objection la plus redoutable contre l’existence de Dieu. Son syllogisme demeure impeccable: « Quand on prononce le mot Dieu, on l’entend d’un bien infini. Donc, si Dieu existait, il n’y aurait plus de mal. Or, on trouve du mal dans le monde. Donc Dieu n’existe pas. » Saint Thomas a répondu à l’objection, mais sa réponse ne m’a pas convaincu. J’en reste au syllogisme et à sa conclusion. »

On ne ressort pas indemne de cette lecture qui offre une piqûre de rappel sur la nécessité d’être attentif à ce qui se passe autour de nous puisque qu’une info en chassant une autre, sommes-nous toujours conscients de la barbarie qu’endurent d’autres êtres humains, même à l’heure actuelle, au moment ou notre vie suit son cours relativement tranquille?

G.

 

 

La terre qui penche, Carole Martinez

terre qui penche Martinez

Blanche, la môme chardon, est-elle morte en 1361 à l’âge de douze ans comme l’affirme son fantôme? Cette vieille âme qu’elle est devenue et la petite fille qu’elle a été partagent la même tombe. L’enfant se raconte au présent et la vieillesse écoute, s’émerveille, se souvient, se revoit vêtue des plus beaux habits qui soient et conduite par son père dans la forêt sans savoir ce qui l’y attend. Veut-on l’offrir au diable pur que le mal noir qui a emporté la moitié du monde de revienne jamais?

J’avais hâte de lire ce roman puisque Carole Martinez, autrice également du cœur cousu et de du domaine des Murmures*, est quelqu’un dont j’apprécie vraiment l’écriture tout en finesse et poésie. Nous nous retrouvons encore une fois au domaine des Murmures, sur cette terre qui penche mais bien longtemps après l’histoire d’Esclarmonde*.

Et cette fois-ci aussi je me suis fait transporté par l’histoire de Blanche et par ce récit porté à deux voix: celle de la petite fille qu’elle était et celle de la vieille âme qu’elle est devenue. Et voici encore une histoire portée par une jeune fille forte comme dans les autres écrits de Carole Martinez.

Et c’est aussi cela que j’apprécie: des histoires de jeunes femmes tellement en avance sur leur temps par certains points de vue et dans la façon dont elles décident de pendre leur destin en main pour échapper à un avenir que les hommes ont tracés pour elles.

Blanche, la petite sauvageonne aux cheveux roux ne peut qu’être attachante dans le regard clairvoyant qu’elle porte sur le monde acceptant en elle-même la part d’ombre.

Ici, l’histoire ne fait pas exception et se mâtine de légendes anciennes mais aussi de légendes familiales secrètes dévoilées par des tiers auréolés de magie et de mystère. La nature se personnalise sous des traits humains afin de montrer qu’elle aussi peut se montrer cruelle et se venger, à l’image de la Loue cette rivière, qui est un thème centrale du roman, et qui peut se révéler impitoyable.

Les personnages sont entiers et apportent tous leur pierre à l’édifice. Ils ne sont pas ,en revanche aussi lisses qu’il y paraît et leur complexité empêche tout manichéisme.

Enfin, les liens que ces personnages tissent entre eux sont si finement décrits et développés au fil du récit que fait avantage que de papier ils nous sont rendus humains, faillibles et réveillent notre empathie.

A l’entrée dans cette lecture, je n’étais donc pas neutre et les pages défilant , je le suis encore moins aujourd’hui et ne peux que conseiller vivement de se laisser porter par ce joli moment de conte.

G.

 

Mes Contes de Perrault, Tahar Ben Jelloun

contesprraultbenjellouncouv

Dans cette ouvrage, Tahar Ben Jelloun a choisi comme il l’explique lui-même dans la préface de prendre un espace de liberté dans la réécriture de certains contes de Perrault; il explique également à quel point les contes ont marqués son enfance par l’intermédiaire d’une vieille tante excentrique:

« J’ai imaginé plus tard les contes de Perrault racontés par Fadela. Elle les aurait transformés, pliés à sa fantaisie, leur donnant la couleur de ses moments de solitude, de la misère qu’elle avait connue avant d’arriver chez nous. Peut-être les aurait-elle mélangés aussi à ceux venus d’un Orient improbable où les djinns et les hommes assoiffés de pouvoir mènent le monde à sa perte?

Cette envie de m’approprier à ma façon certains contes de Charles Perrault remonte sans doute à toute cette histoire demeurée intacte dans ma mémoire. En les relisant, je n’ai pu m’empêcher de penser à ma vieille tante mythomane, si sympathique et tellement humaine. Elle avait une imagination exceptionnelle. Et si elle avait su lire et écrire, peut-être aurait-elle composé une oeuvre magnifique. Je me suis dit, par exemple: « comment raconterait-elle Peau d’âne? Oserait-elle tout dire sur Barbe Bleue? Quelle morale en aurait-elle tirée? » « 

Ici, comme d’habitude dans les écrits de l’auteur, la poésie s’allie à la finesse et à la délicatesse de l’écriture, pour nous offrir un fin mélange entre contes traditionnels et contes orientaux. En effet, si nous retrouvons beaucoup des récits qui nous sont familiers souvent depuis l’enfance, Tahar Ben Jelloun y mêle un rappel habile aux contes des 1000 et un nuits et à l’actualité grâce à une multitude de petits détails allant des prénoms des personnages à des traditions culturels ou des faits divers actuels.

Les anachronismes ainsi amenés sont généralement drôle et nous donne la possibilité d’une double lecture, à la fois tel que nous lirions un conte avec sa morale mais également comme une forme de critique du monde actuel.

Enfin, la réécriture est ici souvent prétexte à une critique constructive à l’égard de l’islam notamment sur la place de la femme dans la société et la remise en question de certains dogmes attribués à tort à la religion depuis de nombreuses générations; par exemple sur des sujets tels que l’héritage, la monogamie, où la valeur attribuée à la naissance d’une fille

En bref, un bon moment de lecture dont l’on peut profiter, que l’on peut arêter puis reprendre plus tard lorsqu’on a envie de lire un conte en quelques minutes. Appréciant moi-même beaucoup cet auteur, cette lecture fut donc encore un moment agréable , qui m’ a replongé un peu en enfance.

Et je suis contente de pouvoir parler de ce livre qui est par ailleurs un cadeau de ma coupine Sarah que je remercie grandement au passage!

G.

 

Miniaturiste, Jessie Burton

 

miniaturiste couv

(Ed Gallimard, Collection Folio, 2015, 545 pages)

Nella Oortman n’a que dix-huit ans ce jour d’automne 1686 où elle quitte son village pour rejoindre à Amsterdam son mari, Johannes Brandt. Homme d’âge mûr, riche marchand, il vit dans une opulente demeure entouré de ses serviteurs et de sa sœur, Marin, une femme restée célibataire qui accueille Nella avec une extrême froideur. Johannes offre à son épouse une maison de poupée représentant leur propre intérieur, que la jeune fille entreprend d’animer grâce aux talents d’un miniaturiste. Les fascinantes créations de l’artisan permettent à Nella de mettre peu à peu au jour de dangereux secrets… 

Pour ce livre, l’auteur s’est inspiré de la vraie maison de poupée ayant appartenu à la vraie Nella Oortman, qui est une jeune femme néerlandaise. Cette maison de poupée est visible dans la collection permanente du Rijksmuseum à Amsterdam.

maison-de-poupee_5323461

Si cette maison de poupée est le point de départ du récit pour l’auteur, le reste de l’histoire n’est pas inspiré de la vie de Nella Oortman.

Je me suis très vite fait aspirer par ce roman. Le récit de la vie de cette jeune fille mariée à un homme plus âgé, par arrangement, et qui pourtant garde de grands espoirs au sujet d’un mariage qu’elle pourrait arriver à chérir avec le temps, ses désillusions et la façon dont les événements de la vie vont l’amener à évoluer m’ont beaucoup plu.

Ce qui à mon sens n’est qu’un élément secondaire du récit au départ, à savoir la place des femmes dans la société Amstellodamoise du XVII ème siècle, s’affiche dans toute son ampleur une fois que l’on referme le livre et que l’on prend un peu de recul. Si les personnages se plaisent à répéter à quel point elles se sentent prisonnière de règles sociétales pendant toute l’histoire, force est de constater qu’en plus d’être très présente, elles sont fortes , décisionnaires et dirigent malgré tout leur vie comme bon leur semble.

Plusieurs éléments du roman, même s’il se déroule dans les années 1680, trouvent un écho à notre quotidien selon moi.

En revanche, l’autrice parvient à nous faire revivre l’Amsterdam de ces années là dans ces descriptions et personnellement j’ai beaucoup aimé cette ambiance déroulée entre les canaux de la ville et les grands voyages autour du monde aux odeurs des épices orientales.

J’ai beaucoup apprécié cette lecture et j’ai dévoré les quelques centaines d pages en quelques jours. J’aurais peut-être apprécié que la fin soit un peu moins rapide, un peu plus développée ne me laissant pas ce petit sentiment d’inachevé.

G.

Wild, Cheryl Strayed

Wild cheryl strayed livre  (10/18, 2013, 498 pages)

Lorsque, sur un coup de tête, Cheryl Strayed enfile son sac à dos, elle n’a aucune idée de ce qui l’attend. Tout ce qu’elle sait, c’est que sa vie est un désastre. Entre une mère trop aimée, brutalement disparue, un divorce douloureux et un lourd passé de junkie, Cheryl vacille. Pour tenir debout et affronter les fantômes de son passé, la jeune femme n’a aucune réponse, mais un point de fuite: tout quitter pour une randonnée sur le « chemin des crêtes du Pacifique ». Lancée au cœur d’une nature immense et sauvage, seule sous un sac  dos trop lourd, elle doit avancer pour survivre, sur 1700 kilomètres d’épuisement et d’effort, et réussir à atteindre le bout d’elle-même. 

Bon, on ne va pas se mentir, si je suis allée vers ce roman c’est au départ parce qu’il y était question de voyage. Et puis, quand j’ai bien relu le résumé , je me suis dit que tout ça risquait d’être un peu déprimant. Donc, ce livre est resté un bon moment en attente avant que je me décide à le lire.

Et finalement, je n’ai pas été déçu. Je me suis laissé emporter par ce récit autobiographique. On y suit le périple de Cheryl après le décès de sa mère. Ce décès qui a bouleversé l’ordre établie de sa vie et l’a fait complètement lâché prise su tout ce qu’elle avait construit jusque là elle qu’elle pensait la satisfaire.

Jusqu’à ce jour où elle découvre le Chemin des crêtes du Pacifique et qu’elle décide que seul ce chemin là pourra l’amener à ce qu’elle est vraiment. Ce chemin c’est en fait celui du deuil et on accompagne autant Cheryl dans touts les épreuves de cette randonnée monstrueuse que dans le chemin mental qui accompagne ce voyage; qui en est la base, le fil rouge et le dénouement jusqu’à une forme de rédemption d’elle même et d’autorisation à être la personne qu’elle a envie d’être.

On accompagne également Cheryl dans les nombreuses rencontres qu’elle fait et dans son évolution de marcheuse inexpérimentée qui se surprend elle même à vaincre chaque obstacle et à persévérer là ou d’autres plus entraînés ont abandonnés et qui lui fait petit à petit reprendre confiance en elle.

Ce livre a été adapté au cinéma en 2014 et j’ai regardé le film après avoir fini ma lecture.

wild_poster

Comme bien souvent, je suis resté sur ma faim d’une adaptation qui simplifie beaucoup le récit originel et en supprime plusieurs personnages importants à mon sens. Par contre la dimension du voyage y est très présente et nous permet de visualiser les paysages parcourus mieux que ne le permettaient les descriptions assez succinctes du livre.

wild2

J’ai beaucoup apprécié cette lecture et  j’ai vraiment ressenti un sentiment d’authenticité à travers l’écriture, du fait de sa nature autobiographique . Je pense que le film est également intéressant à voir en complément bien qu’il édulcore trop l’histoire à mon goût.

G.

Temudjin (Ozanam et Carrion)

Couv_temudjin1  Le_Voyage_immobile_Temudjin_tome_2couv

La nuit où naquit Temudjin, le vieux chaman Özbeg était en retard. Quand il arriva sur les lieux les membres de la tribu étaient très agités. Il était trop tard pour sauver la mère et de sombres événements entouraient la conception de cet enfant. Mais tout ça, le chaman le savait déjà. Il avait été contacté par les esprits pour venir en aide à ce petit être, afin qu’il puisse vivre et ainsi donner libre court à sa fabuleuse destinée .

temujin3 (1)

C’est la première fois que nous parlons bande dessinée ici… alors que c’est vraiment quelque chose que j’apprécie et que j’en lis de façon très régulière.

Il s’agit ici d’une fiction sur la vie de celui qui est destiné à devenir le grand Gengis Khan après plusieurs réincarnations. Nous suivons donc l’évolution de Temudjin de l’enfance à la mort ; un être conscient du poids qu’il porte, qui est capable de recueillir les âmes des défunts et de s’en faire des alliés.

Ici le scénario d’Antoine Ozanam est complété par les dessins magnifiques d’Antoine Carrion. Oui, car  au-delà de cette histoire passionnante sur la vie du guerrier, la façon qu’il a de communiquer avec l’Ayami (esprit de la Terre Mère), il y a les illustrations.

temudjin

Les dessins et les couleurs sont magnifiques et nous permettent d’évoluer dans des ambiances différentes au fil des pages. Ce sont ces dessins qui m’ont mené à cette histoire en deux tomes et ce fut vraiment une belle découverte.

temudjin3

G.

 

Kinderzimmer, Valentine Goby

kinderzimmer-valentine-goby  (Actes sud, babel, 2015, 240 pages)

En 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plus de 40 000 détenues. Dans les baraquements, chaque femme doit trouver l’énergie de survivre, au plus profond d’elle-même, puiser quotidiennement la force d’imaginer demain. Quand elle arrive là, Mila a vingt ans. elle est enceinte mais elle ne sait pas si ça compte, si elle porte une vie ou sa propre condamnation à mort. Sur ce lieu de destruction, comme une anomalie, une impossibilité: la Kinderzimmer, une pièce dévolue aux nourrissons, un point de lumière dans les ténèbres.

Je suis tombé sur ce roman un peu par hasard, alors que je cherchais un autre ouvrage de Valentine Goby. Bon, j’ai pas trouvé celui que je cherchais mais j’ai rencontré celui-ci et le résumé m’a rapidement convaincu. Et ensuite, le roman entier m’a convaincu!

Ce roman est écrit à la troisième personne et rend compte de ce qui vit Mila, le personnage principal. Le rythme est soutenu et nous faire partager le quotidien de ces femmes dans le camp de Ravensbrück. Toutes les privations endurées qui visent à ôter toute humanité aux prisonnières sont détaillées de façon crue: la maladie, la faim, le froid, la torture physique, la mort.

Ce qui est pourtant donné à voir au-delà de tout ça, c’est la façon dont certaines femmes arrivent à s’arranger de ce sinistre sort. Comment de la misère du quotidien naît une forme de débrouille, d’entraide , de sabotage, pour rendre les choses un peu plus supportable.

Et au milieu de ce camp de la mort, la possibilité que la vie se fraye temporairement un chemin en donnant naissance à des enfants. Cette petite lueur d’espoir à laquelle Mila va s’accrocher coûte que coûte, pour laquelle elle va se débattre et qui finalement va lui permettre de survivre.

Enfin, tout au long récit comme un fil ténu, se pose la question de ce que peu endurer l’esprit humain et de sa capacité à se reconstruire en n’omettant pas que de tels traumatismes font aussi des dégâts collatéraux.

Qui a dit que l’on tombait sur des livres par hasard? Celui-ci est en tout cas l’un des rares à m’avoir fait venir les larmes aux yeux… L’auteur réussit le tour de force d’amener de la délicatesse et de l’espoir là ou ne s’attend qu’à trouver la mort et la haine. C’est, à mon avis, une idée précieuse à garder en tête, peut-être encore davantage actuellement.

G.

Prodigieuses créatures, Tracy Chevalier

prodigieuses-creatures

Editions Folio (2010) , 413 pages  

Titre original : Remarkable creatures (2009), traduction  Anne Neuhoff

 

« La foudre m’a frappée toute ma vie. Mais une seule fois pour de vrai »

Dans les années 1810, à Lyme Regis, sur la côte du Dorset battue par les vents, Mary Anning découvre ses premiers fossiles et se passionne pour ces « prodigieuses créatures » qui remettent en question les théories sur la création du monde. Très vite, la jeune fille issue d’un milieu modeste se heurte à la communauté scientifique, exclusivement composée d’hommes. Elle trouve une alliée en Elizabeth Philbot, vieille fille intelligente et acerbe qui l’accompagne dans ses explorations. Si leur amitié se double de rivalité, elle reste, face à l’hostilité générale, leur meilleure arme.

Si toi aussi tu t’intéresses à des récits de femme qui mériteraient d’être connues davantage, je te présente Mary Anning ! Car oui, oui les personnages de ce roman ont pour la plupart réellement existé… même si leur histoire est ici romancée.

Mary Anning donc !

mary-anning

Paléontologue anglaise qui a vécu de 1799 à 1847 (ouais autant dire qu’au niveau de la considération de la femme dans la société, c’était pas la meilleure époque… il paraît que maintenant ça va beaucoup mieux…)

Bref. La fille découvre quand même son premier squelette complet d’ichtyosaure (9m de long) à l’âge de 12 ans avec son frère sur une plage! Puis d’autres fossiles les années suivantes. (tu faisais quoi toi à 12 ans ?) .

ichtyosaure

Et même si elle se fait pas mal arnaquer par des gens qui lui achètent ses fossiles une misère pour les revendre beaucoup plus cher, son travail a permis de grosses avancées en termes de connaissances scientifiques sur le sujet.

En ce qui concerne le roman de Tracy Chevalier, il aborde beaucoup de thèmes en prenant pour toile de fond les vies de Mary Anning et d’Elisabeth Philbot (elle-même chasseuse et collectionneuse de poissons fossiles. Oui on autorisait ce genre de passe-temps aux femmes de la haute société à l’époque. Il fallait bien qu’elles s’occupent les pauvres, surtout en étant une vieille fille de 30 ans !) L’amitié qui se crée rapidement entre ces deux femmes issues pourtant de deux mondes différents est solide bien que teintée parfois de jalousie et de rivalité. En ce qui concerne les hommes notamment.

Tu auras compris qu’il est donc, entre autre, question du destins de femmes fortes et volontaires prêtes à gratter la terre de leurs mains, à une époque où il était plutôt de coutume qu’elles occupent leurs journées en faisant de la broderie et en buvant du thé.

Evidemment, il est surtout question des recherches menées par Mary et Elisabeth et du combat qu’elles doivent mener pour se faire respecter de la communauté scientifique composée uniquement d’hommes (et même carrément interdite aux femmes) mais aussi du combat qu’elles doivent parfois mener contre leur propre entourage pour poursuivre dans la voie qu’elles se sont choisie. Bien sûr autant d’audace entraîne aussi le fait qu’elles ne se marieront jamais ni l’une ni l’autre (qui aurait préparé le souper ?).Ce n’est finalement qu’après de longues années que la travail de Mary Anning et ses connaissances scientifiques seront reconnus.

A travers ce roman, c’est également un panorama de la vie en société du 19e siècle en Angleterre qui nous ait proposé : les différences entre les classes, les croyances religieuses qui régissent la vie en société et qu’on ne peut pas questionner même lorsqu’on découvre un fossile vieux de milliers d’années.

J’ai beaucoup aimé ce livre dont j’ai dévoré les pages sans m’en rendre compte. J’ai apprécié ce récit de vie qui m’a permis de me plonger dans la société anglaise du 19e siècle décrite un peu différemment dont ce dont j’avais l’habitude , notamment d’un point de vue un peu plus féministe qu’à l’accoutumée.

G.

Into the wild, Jon Krakauer

into-the-wild

Il avait renoncé au rêve américain. Pour vivre une aventure extrême. En 1992, le cadavre d’un jeune homme est découvert dans un bus abandonné en Alaska, au pied du mont Mckinley, loin de tout lieu habité. Fils de bonne famille, Chris McCandless aurait dû en toute logique devenir un américain bien tranquille à l’avenir sans surprise. Mais, dès l’obtention de son diplôme universitaire, il décide de partir à l’aventure. Après avoir fait don de ses économies à une œuvre humanitaire, il entame son périple sous un nom d’emprunt avec sa vieille voiture, qu’il abandonnera un peu plus tard. Il sillonne le sud des Etats-Unis, subsistant grâce à de menus travaux, avant de réaliser son grand projet: s’installer au cœur de l’Alaska, seul, en communion avec la nature. Mais on ne s’improvise pas trappeur, ni homme des bois… parcours dramatique d’un jeune homme qui a voulu vivre jusqu’au bout son impossible idéal.

Ce roman a fait l’objet d’une adaptation cinématographique réalisée par Sean Penn et l’on comprend pourquoi lors de sa lecture. Car oui, à la lecture de ce livre on a aussi envie de tout plaquer et de partir avec un sac à dos !

Forcément, les questionnements et réflexions  de Chris/Alex sur la société contemporaine sont de ceux qui parlent à pas mal de monde. L’écriture au ton journalistique – de fait, puisque Jon Krakauer est journaliste et que c’est ici une véritable investigation qu’il mène sur les traces de ce jeune homme qui a disparu sans prévenir sa famille, du jour au lendemain – nous pousse à aller plus loin pour connaître la suite de l’histoire (même si d’emblée, on sait que cette aventure ne finit pas bien).

Si le film nous donne à voir des images de la nature grandiose que parcourt le personnage principal, le livre apporte de son côté davantage d’approche humaine. On parcourt les témoignages et ressentis des personnes qui ont rencontré Chris/Alex pendant son périple et cela est d’autant plus poignant que l’on sait que ces gens sont bien réels, jusqu’aux parents du jeune homme que l’on accompagne lors d’un chapitre de fin, au lieu même où leur fils a trouvé la mort.

into-the-wild-magic-bus

Un moment agréable passé avec ce livre qui permet de voyager en imagination et amène malgré tout à des réflexions un peu plus profondes qu’il n’y paraît.

« Il y a tant de gens qui ne sont ps heureux et qui, pourtant, ne prendront pas l’initiative de changer leur situation parce qu’ils sont conditionnés à vivre dans la sécurité, le conformisme et le conservatisme, toutes choses qui semblent apporter la paix de l’esprit, mais rien n’est plus nuisible à l’esprit aventureux d’un homme qu’un avenir assuré »

G.

De bons présages, Terry Pratchett & Neil Gaiman

Prière de s’y intéresser avant la fin du monde…

bonpresages

De bons présages… c’est exactement ce à quoi on pense lorsqu’on voit les noms de Terry Pratchett et de Neil Gaiman associés sur une couverture de roman.

L’histoire… c’est celle de la préparation de la fin du monde par toutes les forces mystiques concernées… c’est celle de l’affrontement entre le Bien et le Mal… c’est celle du quotidien d’une bande d’enfants désobéissants pendant les grandes vacances d’été. Les personnages sont aussi variés que stéréotypés et très régulièrement ridicules et pourtant attachants et par un bon tour de force réussissent à cohabiter dans un même récit. (mention spéciale pour les quatre motards de l’Apocalypse (avec la participation d’un personnage archi connu chez Pratchett)) !

Mais surtout, (ce qui me fait invariablement beaucoup apprécier ces auteurs, c’est que leur humour n’est jamais gratuit ou désintéressé) cette lecture est l’occasion de questionnements beaucoup plus profonds qu’il n’y paraît sur l’avenir de l’espèce humaine, sur ce que nous faisons subir à notre planète et dont nous ne semblons pas vraiment prendre mesure où nous en inquiéter.

C’est la parole d’un enfant qui s’interroge et comprend finalement très bien les enjeux des guerres mondiales et ceux de la politique internationale.

Mais bien sûr puisque que tout cela est amené par Messieurs Pratchett et Gaiman, il faut arriver à lire entre les lignes d’une écriture (sans surprise) très fine. Comme à l’accoutumée chez ses deux auteurs, à chaque détour de page une référence, de l’humour noir et caustique, une métaphore ciselée font que l’on rit beaucoup durant cette lecture mais que l’on en sort aussi moins bête ! (même si on se dit que l’on est quand même probablement passé à côté d’un paquet de subtilités distillées ici et là).

Pas étonnant quand on a déjà un peu lu les deux auteurs séparément et malgré l’écriture commune on ne se perd pas et on reconnaît les habitudes littéraires de chacun.

« Si vous voulez imaginer le futur, imaginez un petit garçon, son chien et ses amis. Et un été qui n’en finit pas.

Et si vous voulez imaginer le futur, imaginez une botte…non imaginez un tennis aux lacets défaits qui tape dans un caillou ; imaginez un bâton, pour tâter les objets intéressants, pour le lancer à un chien qui le ramènera ou pas, selon son humeur ; imaginez un sifflotement sans mélodie, qui massacre une malheureuse chanson populaire jusqu’à la rendre méconnaissable ; imaginez une silhouette dont la moitié est un ange, la moitié un démon, et le tout est humain…

…qui fait route, épaules avachies, vers Tadfield.

…pour toujours. »

 

G.