La Source S, Philippe Raxhon

Source S

(autoédité, 2018, 397 pages  ISBN:979-1-026219-74-3)

Quel est le point commun entre le philosophe romain Sénèque, l’écrivain Oscar Wilde et Napoléon Ier ?
La Source S.
Qu’est-ce qui relie Paris, Palerme, Dublin, Tel Aviv, Rome, Waterloo, Sainte-Hélène, et les chemins de la mémoire??
La Source S.
Qu’est-ce qui pourrait bouleverser notre vision historique du monde??
La Source S.
Qu’est-ce qui peut réunir un historien renommé, professeur à la Sorbonne, jouisseur, gourmand et amateur de grands vins sans modération et une jeune chercheuse sicilienne ambitieuse, instable et sensuelle à tomber par terre??
La Source S.
Qu’est-ce qui peut tuer ou inviter à tuer dans un raffinement de cruauté??
La Source S.
Qu’est-ce qui constitue une énigme insoluble, et le restera peut-être, même à la dernière page??
La Source S.
Qu’est-ce qui est authentique dans cette histoire??
L’impact de la Source S.

La Source S, un thriller à ne pas lire si vous êtes satisfait de vos certitudes. Lire la suite

Publicités

2084, la fin du monde, Boualem Sansal

2084

(éditions Folio, 2015, 331 pages, ISBN : 2072713986)

L’Abistan, immense empire, tire son nom du prophète Abi, «délégué» de Yölah sur terre. Son système est fondé sur l’amnésie et la soumission au dieu unique. Toute pensée personnelle est bannie, un système de surveillance omniprésent permet de connaître les idées et les actes déviants. Officiellement, le peuple unanime vit dans le bonheur de la foi sans questions. 
Le personnage central, Ati, met en doute les certitudes imposées. Il se lance dans une enquête sur l’existence d’un peuple de renégats, qui vit dans des ghettos, sans le recours de la religion… 
Boualem Sansal s’est imposé comme une des voix majeures de la littérature contemporaine. Au fil d’un récit débridé, plein d’innocence goguenarde, d’inventions cocasses ou inquiétantes, il s’inscrit dans la filiation d’Orwell pour brocarder les dérives et l’hypocrisie du radicalisme religieux qui menace les démocraties.

Lire la suite

Le Malleus, les sorcières de Sarry, Marie-Laure König

Le malleus 

(autoédité, 2018, 297 pages, ISBN 9781973409588 ) (écrivons un livre)

Dans ce roman vous ne rencontrerez pas de vraie de magie, car vous le savez comme moi, les sorcières ne volent pas sur des manches à balai… Cette histoire romancée aurait pu être authentique. 

Nous sommes à l’époque tragique où la sorcellerie se faisait femme. Plus de 100 000 procès pour hérésie au cours de deux siècles avec comme appuis le « Malleus Maleficarum » furent administrés. Ce manuel écrit par un moine inquisiteur haineux, Institoris, fut approuvé par la papauté de la fin du XVe siècle. Il connut un essor considérable grâce à l’invention de Gutemberg et fut à l’origine de plus de 60 000 condamnations pour hérésie, essentiellement des femmes. 

Découvrez l’histoire d’Alayone, une petite fille qui grandira à l’ombre du Malleus et qui apprendra son existence bien plus tard à ses dépens. Son tuteur, l’évêque de Chalons, lui enseignera la théologie. Elle sera également instruite sur d’autres sciences qui sont condamnées par l’Église comme l’astronomie, l’étude des pierres à venin ou l’agronomie que lui transmettra une guérisseuse. Elle découvrira les effets dévastateurs des amours interdits, mais aussi Paris, ville emplie de magnificence, de pestilence et d’étudiants… 

Lire la suite

Bakhita, Véronique Olmi

Bakhita

(éditions Albin Michel, 2017, 455 pages, ISBN 2226393226)

Bakhita, née au Darfour au milieu du XIXe siècle, est enlevée par des négriers à l’âge de 7 ans. Revendue sur un marché des esclaves au Soudan, elle passera de maître en maître, et sera rachetée par le consul d’Italie. Placée chez des religieuses, elle demande à y être baptisée puis à devenir sœur.

Récit d’une vie, du commencement à la fin et d’un destin particulier, l’histoire de Bakhita est présenté comme une suite d’événements sur lesquels cette femme n’a aucune prise ou presque. C’est le témoignage d’une enfant enlevée pour devenir esclave, torturée, violée, niée jusque dans sa chair. Lire la suite

Confiteor, Jaume Cabré

CVT_Confiteor_7326(Actes Sud , 900 pages)

Adrià grandit à Barcelone dans les années 1950, entre u père qui veut faire de lui un humaniste polyglotte et une mère qui le destine à une carrière de violoniste virtuose. Le garçon essaie de satisfaire au mieux les ambitions démesurées dont il est dépositaire, jusqu’au jour où il entrevoit la provenance douteuse de la fortune familiale, issue d’un magasin d’antiquités extorquées sans vergogne.

Un demi siècle plus tard, juste avant que sa mémoire ne l’abandonne, Adrià tente de mettre en forme le récit familial en écrivant de longs feuillets à la femme de sa vie. Cette révélation progressive ressaisit la funeste histoire européenne et plonge ses racines aux sources du mal. De l’Inquisition à la dictature espagnole et à l’Allemagne nazie, d’Anvers à la Cité du Vatican, vies et destins se répondent pour converger vers Auschwitz-Birkenau, épicentre de l’abjection totale.

Histoire d’un enfant raconté par lui-même alors qu’il est désormais âgé et atteint de la maladie d’Alzheimer, Confiteor est aussi l’histoire d’une famille et d’un autre homme, le père, intimement lié aux exactions humaines au fil des siècles. En effet, à travers la vie d’Adrià, nous explorons en filigrane et à travers les siècles une réflexion autour de la question du Mal absolu et du rapport des hommes à celui-ci. Lire la suite

Frankenstein, Mary Shelley

Où il est démontré que quand un homme se prend pour Dieu, ça fait mal!

frankenstein

Robert Walton, un explorateur est en expédition en Arctique, son bateau bloqué par les glaces lorsque qu’avec son équipage il vient en aide à un homme perdu et à l’agonie dont presque tous les chiens de traîneau sont morts. Cet homme, il s’agit de Victor Frankenstein, un scientifique, qui, à l’article de la mort va raconter l’histoire de sa vie à Robert Walton.

De sa jeunesse, il raconte la façon dont toujours plus avide d’apprendre, il a un jour réussi à donner vie à une créature tellement hideuse qu’il l’a immédiatement reniée. Cette créature, alors livrée à elle-même parcourt et découvre le monde seule, en quête d’humains qui l’accepterait telle qu’elle est, en vain. De cet isolement, la douleur se transforme en haine retournée contre le créateur et dans sa soif de vengeance, la créature commet plusieurs gestes irréparables.

 

Ecrit sous forme de roman épistolaire, il s’agit d’un enchâssement de récit. Sous prétexte d’une correspondance avec sa sœur c’est Robert Walton qui rapporte les événements de la vie de Victor Frankenstein, tels que celui-ci les lui raconte. Ainsi, nous découvrons également les errements de la créature après sa fuite et les découvertes qui lui ont fait appréhender le monde et évoluer jusqu’au moment où la compréhension de sa solitude irrémédiable du fait de son état, la transforme en meurtrier. Lire la suite